Le Monopoly

La petite histoire sur la naissance du Monopoly

Le Monopoly fête ses 85 ans cette année, et si l’on peut penser que l’ère numérique et les effets de la Grande Récession pourraient refroidir l’enthousiasme pour un jeu de société qui ne s’intéresse qu’aux saisies et aux faillites, il n’en est rien. Le Monopoly reste le jeu le plus populaire de tous les temps, avec plus de 275 millions de jeux vendus dans 114 pays et 47 langues.

En 1903, Elizabeth Magie, une progressiste fougueuse qui n’aime pas les barons voleurs comme Andrew Carnegie, invente le Landlord’s Game, une démonstration pratique du système actuel d’accaparement des terres, qui impose aux joueurs des loyers exorbitants jusqu’à ce qu’ils soient sans ressources. C’était un jeu éducatif, sinon vraiment amusant.

Le Monopoly

En 1932, un Philadelphien au chômage nommé Charles Darrow a commencé à bricoler avec le jeu. Darrow simplifia le plateau de jeu, incorpora des noms de propriétés de la ville voisine d’Atlantic City et ajouta des personnages excentriques comme le geôlier et le riche oncle Pennybags. Darrow appela “son” jeu Monopoly, et après l’avoir vendu à Parker Brothers en 1933, il rendit tout le monde riche.

Sauf Lizzie. Les misérables 500 dollars que Magie a reçus de Parker Brothers n’ont pas suffi à couvrir les frais de justice de sa division, ce qui signifie que son propre jeu, conçu pour exposer la rage du capitalisme, a ruiné son propre inventeur.

Darrow a été accusé d’avoir volé l’idée de Magie et, dans un sens, il l’a fait. Mais Darrow était aussi l’homme qui a rendu le jeu commercialisable, et cela en dit long sur le capitalisme, aussi. Aujourd’hui, le propriétaire Hasbro licencie quelque 300 variantes, dont le Walking Dead Monopoly et le Cat-opoly. Quelle que soit la version à laquelle vous jouez, dit Bensch, le frisson par procuration est toujours là : C’est une façon socialement sanctionnée d’obtenir vengeance et argent de votre famille et de vos amis.